Show simple item record

dc.contributor.authorBLANGIARDO, Gian Carlo
dc.date.accessioned2012-03-02T16:36:45Z
dc.date.available2012-03-02T16:36:45Z
dc.date.issued2012
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1814/20834
dc.descriptionEuro-Mediterranean Consortium for Applied Research on International Migration (CARIM)
dc.description.abstractAccording to destination country statistics there are nearly ten million emigrants from southern and eastern Mediterranean and Sub-Saharan CARIM countries and about four out of ten of these are women. As to immigration the United Nations estimates eleven million international migrants in CARIM-15 countries, of whom 48% are female. The female emigration rates in CARIM countries vary depending upon destination areas and motivations. In general, Europe and Northern America offer more opportunities for family reunification than the Gulf States which, unlike Western countries where female migration is confined to low-level jobs, give women opportunities in professional jobs like teaching and the health-related professions. Reports from national experts have highlighted how female migration is often related to local factors like the education level, whose rise has been noted almost everywhere and that it is considered an important push factor for the young. As to reasons for leaving the origin country and the decision to migrate more generally, national reports confirm that, while economic motives largely explain the migration of males, the reasons for female migration are more diverse. Work is increasingly important, but family reasons (mainly marriage and spouse reunification) still dominate female migration patterns.
dc.description.abstractPartant des mouvements migratoires internationaux, un double constat essentiel ressort à l’appui des données statistiques enregistrées au sein des pays d’accueil. Investis à l’échelle d’une zone géographique partant de la Méditerranée méridionale et orientale à l’Afrique sub-saharienne, les pays membres du réseau CARIM enregistrent des quantifications de départ à hauteur de dix millions d’individus, comptant, en outre, en son sein une population de près de quatre millions de femmes. Le phénomène de l'immigration prend une ampleur toute aussi inédite : les estimations rapportées par l'ONU évaluent la présence de migrants internationaux dans les pays investis au sein du réseau CARIM-15 à hauteur de onze millions d’individus, comptant en son sein un profil de près de 48% de femmes. À ce titre, la difficulté liée à l’analyse de ce schéma de migration féminine reste largement tributaire de choix de destination et de motivations assez diverses. Le territoire européen et nord-américain constitue certes une destination de prédilection et un terreau d’opportunités en termes de regroupement familial pour ces dernières, par comparaison avec les pays du Golfe. Reste que, et contrairement aux pays occidentaux lesquels confinent la migration féminine à des secteurs professionnels peu qualifiés, les Etats du Golfe offrent de plus grandes opportunités à travers des secteurs qualifiés tels l'enseignement ou encore la santé. Un panel considérable d’experts nationaux pointe et conforte le lien d’association très fort existant entre le phénomène migratoire des femmes et la consistance des facteurs locaux tels que le niveau d'éducation identifié comme un facteur déterminant au départ, surtout parmi les jeunes. Le marché du travail représente, à cet égard, un incitant au départ au regard de la tendance qu’il soutient très souvent à maintenir des inégalités de genre, et à circonscrire l’autonomisation des femmes encore fortement annihilée par la conjoncture socio-culturelle du pays d’origine. Les rapports nationaux susmentionnés soutiennent dans une très large mesure ces constats, et confirment la double nature de ces motivations au départ. Si le motif économique constitue une motivation historiquement rapportée à la migration masculine, les motivations sous-jacents la migration féminine tendent à être plus diverses. En effet, outre la migration professionnelle, les motifs d’ordre familial tels que le mariage ou la réunification familiale tendent à revêtir une dimension inédite dans la configuration et l’assise de la migration féminine.
dc.description.sponsorshipCARIM is co-financed by the European University Institute and the European Union
dc.format.mimetypeapplication/pdf
dc.language.isoen
dc.relation.ispartofseriesCARIM Research Report
dc.relation.ispartofseries2012/01
dc.relation.ispartofseriesGender and Migration Series
dc.relation.ispartofseriesDemographic and Economic Module
dc.relation.ispartofseries[Migration Policy Centre]
dc.relation.ispartofseries[CARIM-South]
dc.relation.urihttp://www.carim.org/
dc.rightsinfo:eu-repo/semantics/openAccess
dc.titleGender and migration in Southern and Eastern Mediterranean and Sub-Saharan African countriesen
dc.typeTechnical Reporten
eui.subscribe.skiptrue


Files in this item

Icon

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record