Show simple item record

dc.contributor.authorTANGHE, Fernand
dc.date.accessioned2012-06-07T13:11:20Z
dc.date.available2012-06-07T13:11:20Z
dc.date.issued1989
dc.identifier.citationBruxelles/Florence, Facultés universitaires Saint-Louis/Institut Universitaire Europeen, 1989, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, 16en
dc.identifier.isbn2802800647
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1814/22295
dc.description.abstractD'habitude, on considère le droit au travail, et les droits sociaux en général, comme le fruit d'une critique et d'une contestation de longue haleine des conceptions libérales de l'homme et de la société. Ce seraient avant tout les mouvements socialistes qui, en imposant la reconnaissance de ces droits, auraient battu en brèche le dogmatisme des libéraux. En est-on si sûr cependant ? Le fait que ce soit précisément la Révolution française qui, dans ses Déclarations des droits de l'homme, ait été la première à reconnaître des droits sociaux devrait nous inciter à repenser la question. L'ouvrage, qui centre l'analyse sur la discussion du droit au travail en 1848, tente de montrer qu'il y a plusieurs libéralismes, et qu'il ne faut pas confondre sa version utopique caractéristique des Lumières avec des versions conservatrices de facture plus récente. Il tente cependant aussi de montrer que le conflit historique, qui domine avant tout le XIXe siècle, entre socialisme et libéralisme est une manifestation dans le temps des antinomies inhérentes au libéralisme utopique des origines, et donc que l'un demeure profondément dépendant de l'autre. Par le fait qu'il établit un rapport entre la question du droit au travail, l'imaginaire utopique et les principales idéologies politiques des sociétés modernes, l'ouvrage est susceptible de s'adresser, dans une perspective interdisciplinaire, non seulement à ceux qui s'intéressent aux multiples aspects du droit, mais aussi au large public de ceux qui se préoccupent du destin de nos sociétés contemporaines.en
dc.description.tableofcontents--Avant-propos 7 --Chapitre I. Utopie, droit, histoire 11 --Utopie du marché et droits sociaux 19 --L'éclatement de l'antinomie 27 --Une invention datée 31 --Chapitre II. Droit au travail, liberté du travail 41 --Les avatars du droit de travailler 45 --Des privilèges chimériques 55 --De fausses libertés 59 --Quel droit à la vie? 65 --Des droits solidaires 73 --Chapitre III. Droit et morale, réforme et révolution 81 --Subvertir ou renforcer la morale? 81 --Droits subjectifs, sujet collectif 95 --Le droit à quel travail? 108 --Le progrès dirigé 115 --Droit et politique 122 --Chapitre IV. Travail et propriété 133 --Généraliser la propriété 133 --Généraliser quelle propriété? 139 --Les ouvriers, propriétaires associés 152 --Vers la destruction de la propriété 165 --Le marché sans propriété 177 --Chapitre V. Droit et économie 187 --Les bienfaits de la concurrence 188 --Concurrence égale gaspillage 196 --En route vers l'abondance 201 --Epilogue. Le droit au travail aujourd'hui? 221 --Bibliographie 233
dc.language.isofren
dc.publisherBruxelles/Florence, Facultés universitaires Saint-Louis/Institut Universitaire Europeenen
dc.titleLe droit au travail entre histoire et utopie, 1789-1848-1989 : De la répression de la mendicité à l'allocation universelleen
dc.typeBooken
eui.subscribe.skiptrue


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record