Show simple item record

dc.contributor.authorARTIS, Michael J.en
dc.date.accessioned2006-05-18T11:48:17Z
dc.date.available2006-05-18T11:48:17Z
dc.date.created2002en
dc.date.issued2002en
dc.identifier.citationEconomie Internationale, 2002, 91, 93-114en
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1814/4380
dc.description.abstractN° 91 3ème trimestre 2002 Le Royaume-Uni devrait-il rejoindre l'Union économique et monétaire ? Michael Artis L'article traite de l'adhésion du Royaume-Uni à l'UEM. L'analyse de la Zone de monnaie optimale (ZMO) ne fournit que de faibles arguments en faveur de l'adhésion, car le Royaume-Uni est situé dans la périphérie et non dans le noyau de l'UEM. Cependant, les coûts possibles de l'isolement (risques de discrimination commerciale et dangers d'une monnaie volatile) et la possible endogénéité du critère de ZMO renforcent l'intérêt d'adhérer. Quoique non écrasant, le verdict final est en faveur de l'adhésion.en
dc.language.isofren
dc.relation.ispartofEconomie Internationale
dc.titleLe Royaume-Uni devrait-il rejoindre l'Union économique et monétaire?en
dc.typeArticleen
dc.neeo.contributorARTIS|Michael J.|aut|
dc.identifier.volume91
dc.identifier.startpage93
dc.identifier.endpage114


Files in this item

FilesSizeFormatView

There are no files associated with this item.

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record