Show simple item record

dc.contributor.authorEL YESSA, Abderrahman
dc.date.accessioned2009-01-09T13:03:30Z
dc.date.available2009-01-09T13:03:30Z
dc.date.issued2008
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1814/10092
dc.descriptionEuro-Mediterranean Consortium for Applied Research on International Migration (CARIM)
dc.description.abstractLa Mauritanie est un pays particulièrement perméable aux migrations irrégulières, en raison de sa configuration géographique de territoire passerelle, reliant le Maghreb à l’Afrique subsaharienne. L’étendue des frontières extérieures se conjugue à la carence des moyens pour accentuer le problème de contrôle du territoire. Les accords de libre circulation des personnes conclus avec des Etats de l’espace CEDEAO, compliquent encore la situation, dans la mesure où ils autorisent les citoyens à entrer sans visa. De surcroît, le pays éprouve de sérieuses difficultés dans l’application du dispositif législatif et réglementaire relatif aux migrations. Malgré les efforts entrepris pour les renforcer, les capacités de contrôle des frontières demeurent très limitées. La formation technique des forces de sécurité est insuffisante et les moyens à leur disposition sont dérisoires. De même, il n’existe pas de coordination efficace des services de surveillance des frontières. Il en résulte un contrôle souvent virtuel, alors même que les réseaux de « passeurs » et de trafiquants s’internationalisent, avec l’apparition de « professionnels », disposant de relais et de chaînes logistiques pour accueillir et convoyer les migrants en transit. L’encadrement juridique des migrations irrégulières en Mauritanie, paraît relativement obsolète, puisqu’il remonte pour l’essentiel, aux années soixante et semble peu adapté au développement récent des migrations irrégulières. En outre, l’analyse permet de noter qu’il n’établit qu’une distinction incertaine des différentes catégories de migrants (i). Certes, il existe un dispositif réprimant l’irrégularité (ii), mais il n’y a pas vraiment de procédures formelles de régularisation et de tolérance vis-à-vis des migrants irréguliers (iii). Par ailleurs, on constate un accès aléatoire des travailleurs irréguliers aux droits sociaux (iv) et une répression encore faible, malgré une tendance à la criminalisation (v).en
dc.format.mimetypeapplication/pdf
dc.language.isofren
dc.relation.ispartofseries[Migration Policy Centre]
dc.relation.ispartofseries[CARIM-South]
dc.relation.ispartofseriesCARIM Analytic and Synthetic Notes
dc.relation.ispartofseries2008/48
dc.relation.ispartofseriesIrregular Migration Series
dc.relation.ispartofseriesLegal Module
dc.relation.urihttp://www.carim.org/
dc.rightsinfo:eu-repo/semantics/openAccessen
dc.titleLe droit à l’épreuve de la migration irrégulière en Mauritanieen
dc.typeTechnical Report
eui.subscribe.skiptrue


Files associated with this item

Icon

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record