Show simple item record

dc.contributor.authorHANNECART, Roch
dc.date.accessioned2010-02-22T14:45:21Z
dc.date.available2010-02-22T14:45:21Z
dc.date.issued2010
dc.identifier.citationBrussels, P.I.E. Peter Lang, 2010en
dc.identifier.isbn9789052015743
dc.identifier.urihttp://hdl.handle.net/1814/13373
dc.description.abstractLa crise charbonnière est assurément un des événements les plus lourds de conséquences dans l'histoire de l'après-guerre en Belgique et, paradoxalement, elle demeure largement méconnue. La gestion de cette crise a laissé derrière elle une impression de gâchis et c'est aux gouvernements de l'époque et à leur manque de courage politique que l'on en a généralement attribué la responsabilité. Mais quel fut le rôle des dirigeants charbonniers belges face à la crise de leur secteur ? En tentant d'apporter une réponse à cette question, l'auteur livre ici une vision tout à fait neuve de la faillite des mines belges et de leur intégration au marché commun de la CECA. Par le portrait qu'il dresse de la profession des charbonniers en Belgique et par l'analyse qu'il donne de ses activités de lobby, à la fois sur les plans national et européen, il met en évidence une dimension nettement plus politique et idéologique de cette faillite, en plus des explications économiques et techniques qu'on a pu donner jusqu'à présent.fr
dc.description.tableofcontentsClair-obscur du patronat charbonnier belge - Le Plan Schuman suscite craintes et espoirs (1950-1952) - Le CEPCEO, entre idéologie et pragmatisme (1951-1953) - Les premières désillusions de la Fédéchar (1953-1955) - Les renforts ne viendront plus (1956-1959).en
dc.language.isofren
dc.publisherP.I.E. Peter Langen
dc.titleLe dernier carré : Les charbonniers belges, libres entrepreneurs face à la CECA (1950-1959)en
dc.typeBooken
eui.subscribe.skiptrue
dc.description.versionPublished version of EUI PhD thesis, 2008en


Files associated with this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record